Qu'est-ce que c'est?

La fasciathérapie est une thérapie manuelle douce qui s’adresse à tous les tissus du corps.

Elle est pratiquée par les kinésithérapeutes.

 

Il s’agit donc d’une approche corporelle, qui par un travail de pousser-glisser, d’étirements tissulaire et de points d’appui, a pour premier objectif de soigner une personne souffrant de douleurs physiques.

 

Elle englobe dans son approche thérapeutique les facteurs psycho-émotionnels et comportementaux qui peuvent être à l’origine ou entretenir la problématique corporelle.

 

Il ne s’agit pas de massages, d’effleurages, de pétrissages ou de percussions. C’est un toucher plus profond et plus global dont le but est d’harmoniser les tensions et de restaurer la physiologie profonde. Il s’agit dès lors de relancer le processus d’autorégulation du corps.

Pour le docteur Jean-Claude Guimberteau, chirurgien français qui a basé ses recherches sur les fascias, le fascia est un « réseau fibrillaire, continu, sous tension qui existe à l’intérieur du corps, depuis la surface de la peau jusqu’au noyau de la cellule. Ce réseau global est mobile, adaptable, fractal et irrégulier ; il constitue l’architecture structurelle fondamentale du corps humain. »

 

Loin d’être une simple enveloppe, les fascias constituent un réseau arachnéen qui relie les différentes parties du corps. Cette continuité tissulaire induit une notion de globalité non seulement structurelle en maintenant une cohérence des tissus mais également fonctionnelle dans la mesure où ils relient entre eux les grands systèmes vasculaires, neuro-végétatifs, endocriniens, immunitaires et digestifs.

 

De part cette notion de globalité, on peut considérer que les fascias jouent un rôle déterminant dans l’état de santé physique et psychique.

A l’heure actuelle, dans les milieux scientifiques, le fascia est considéré comme un organe à part entière présent dans tout le corps.

Ce fascia est animé d’un mouvement.

En effet dans le corps tout est en mouvement.

Ce n’est pas le mouvement articulaire ou musculaire que l’on voit, que l’on connait, mouvement objectivable ; il s’agit ici d’un mouvement subtil, mouvement subjectif que nos patients ressentent comme une vague ou une onde.

Les fascias ont la particularité d’être sensible aux stress qu’ils soient physiques (fractures, interventions chirurgicales, accidents,…), psychiques (attitude quotidienne par rapport à la vie et aux évènements) ou émotionnels (deuil, perte d’emploi,…). Le stress fige le fascia et amène crispations, adhérences, perte de globalité et d’élasticité d’où fixité du tissus avec perte de glissement. Il s’ensuit une perte de mobilité et de rythmicité avec une perturbation tonique. Et finalement une modification de la posture et du mouvement. Les personnes ressentent alors des tensions, des crispations et des douleurs.

Cela peut aller jusqu’à la perte de l’homéostasie, des troubles fonctionnels et du mal-être.

Lorsqu’il y a immobilité du fascia, nous remarquons qu’il y a également insensibilité ou désertion sensorielle. Il s’agit d’une réaction physiologique au stress. Le corps en recevant un traumatisme se prépare à avoir moins mal en diminuant sa sensibilité. Cela peut aller jusqu’à l’imperception c’est-à-dire une absence de perception consciente que la personne a de son corps. Elle n’est alors plus capable de ressentir les messages du corps. L’exemple le plus frappant est le burn-out.

 

Pathologies du Fascia

BUTS de la fasciathérapie

 

Notre but est de redonner de la mobilité là où il n’y en a plus.

Par un mouvement de pousser-glisser, nous stimulons un mouvement d’autorégulation du corps qui relance la vitalité. Lorsque le mouvement réapparait, réapparait également la sensorialité et la perception.
 

Notre travail se fait dans la lenteur, le relâchement et le silence.

 

Dans ces conditions extra-quotidiennes, nous mobilisons l’attention de la personne et l’amenons à percevoir la globalité tissulaire. Un dialogue peut alors s’installer entre le patient et le thérapeute, dialogue qui lui permet de formuler ce qu’il ressent de nouveau.

 

Un nouveau rapport à son corps peut être découvert, c’est-à-dire que la personne  sent plus de présence à soi.

 

Le patient va être mis dans des conditions extra-quotidiennes, à savoir, le calme, la lenteur et la mobilisation active de son attention vers la perception. Au cours d’une séance peuvent s’alterner des moments de thérapie manuelle, de thérapie gestuelle et d’entretien verbal.

Le fasciathérapeute utilise la thérapie manuelle. C’est par un toucher fait de pressions douces et d’étirements lents que le fasciathérapeute libère les tissus, les articulations, les nerfs et les vaisseaux.

Grâce à cette mobilisation sensorielle des tissus, les problèmes articulaires et musculaires s’estompent ou disparaissent. L’approche manuelle comprend également des techniques de rééquilibration de la circulation des liquides corporels (approche que nous appelons pulsologie) qui offre un meilleur échange nutritionnel des tissus.

 

Lors d’une séance, le fasciathérapeute peut demander à son patient de porter son attention sur le toucher, sur les effets et les sensations provoqués dans son corps par ce toucher. Cette attention particulière portée à son corps contribue à enrichir la relation à soi-même et à intégrer les effets du soin.

Le fasciathérapeute peut être amené lors de sa séance à utiliser la thérapie gestuelle.

La thérapie gestuelle est faite de mouvements lents. Le but n’est pas le renforcement musculaire mais la prise de conscience du respect de la cohérence articulaire. Les mouvements enseignés sont simples et peuvent être facilement reproduits entre les séances, ce qui accélère le processus thérapeutique et rend le patient actif et plus vite autonome.

Le fasciathérapeute utilise également l’introspection sensorielle ou méditation médicale.

Il s’agit d’une méditation où l’attention est dirigée vers la perception du corps sans que la respiration soit volontairement dirigée. Cette introspection peut également être reproduite à la maison.

 

Enfin, l’entretien verbal fait également partie du déroulement de la séance de fasciathérapie.

Pendant ou après la séance un temps de verbalisation de l’expérience vécue peut être proposé. Cet entretien permet au patient d’accompagner activement le processus thérapeutique.

Déroulement d'une séance

En plus des atteintes purement tissulaires, la fasciathérapie soigne également les pathologies fonctionnelles c’est-à-dire qui altèrent la fonction d’un système ou d’un organe.

La fasciathérapie s’adresse aux personnes souffrant de douleurs physiques et offre également des techniques d’apprentissage corporel dans la gestion des situations de vie difficile.

+ Les pathologies musculaires et articulaires traumatiques ou de compensation : lumbagos, cervicalgies, sciatiques, entorses, épaules douloureuses, raideurs et douleurs articulaires, fibromyalgies

+ Les pathologies fonctionnelles : migraines et maux de tête, constipation et troubles digestifs, troubles gynécologiques, acouphènes

+ Les pathologies du nourrisson et de l’enfant : scolioses et torticolis congénital, trouble du sommeil, troubles alimentaires tels que la régurgitation ou la constipation, l’instabilité et l’anxiété, l’hyperactivité

+ Les pathologies de terrain : stress et burn-out, fatigue et troubles du sommeil, pathologies inflammatoires, dépression nerveuse, déséquilibres neurovégétatifs ou endocriniens

+ Accompagnement durant la grossesse et le post-partum (lombalgies, troubles circulatoire, constipation de la maman...

+ Soin de support de pathologies graves : cancer, handicap

 

CONTRE-INDICATIONS

 

Les pathologies psychiatriques telles que la schizophrénie, les gros troubles identitaires, les psychotiques, …

Indications de la fasciathérapie

La Fasciathérapie est pratiquée par les Masseurs-Kinésithérapeutes spécialisés comme technique d'ostéopathie tissulaire

Audrey BAUDEN
Carole MOUGIN

Tarifs :

Les séances de fasciathérapie durent à peu près 1H.

Deux cas de figure se présentent :

1/Vous avez une ordonnance :

* Tarif séance de kinésithérapie (prise en charge par la sécurité sociale) 

   + Dépassement hors nomenclature de 35 € (peut être pris partiellement en charge par certaines         

        complémentaires santé) 

 

2/Vous n'avez pas d'ordonnance :

* Séance de 1 H HORS NOMENCLATURE : 50 €

(non pris en charge par la sécurité sociale / peut être pris partiellement en charge par certaines complémentaires santé) 

 
Contact

Espace SYNERGIE

33 rue Salengro

59830 CYSOING

Où se garer :


- à 50m : parking place de la République
- à 150m : petit parking rue Fontenoy
- à 150m : parking de la salle des fêtes (accès voiture rue G.Delory)

ATTENTION, mettre un DISQUE BLEU DE STATIONNEMENT (limité à 1h30)