Qu'est-ce que la fasciathérapie?

La fasciathérapie est une thérapie manuelle douce qui s’adresse à tous les tissus du corps.

Elle est pratiquée par les kinésithérapeutes.

 

Il s’agit donc d’une approche corporelle, qui par un travail de pousser-glisser, d’étirements tissulaire et de points d’appui, a pour premier objectif de soigner une personne souffrant de douleurs physiques.

 

Elle englobe dans son approche thérapeutique les facteurs psycho-émotionnels et comportementaux qui peuvent être à l’origine ou entretenir la problématique corporelle.

Il ne s’agit pas de massages, d’effleurages, de pétrissages ou de percussions. C’est un toucher plus profond et plus global dont le but est d’harmoniser les tensions et de restaurer la physiologie profonde. Il s’agit dès lors de relancer le processus d’autorégulation du corps.

Pour le docteur Jean-Claude Guimberteau, chirurgien français qui a basé ses recherches sur les fascias, le fascia est un « réseau fibrillaire, continu, sous tension qui existe à l’intérieur du corps, depuis la surface de la peau jusqu’au noyau de la cellule. Ce réseau global est mobile, adaptable, fractal et irrégulier ; il constitue l’architecture structurelle fondamentale du corps humain. »

 

Loin d’être une simple enveloppe, les fascias constituent un réseau arachnéen qui relie les différentes parties du corps. Cette continuité tissulaire induit une notion de globalité non seulement structurelle en maintenant une cohérence des tissus mais également fonctionnelle dans la mesure où ils relient entre eux les grands systèmes vasculaires, neuro-végétatifs, endocriniens, immunitaires et digestifs.

 

De part cette notion de globalité, on peut considérer que les fascias jouent un rôle déterminant dans l’état de santé physique et psychique.

A l’heure actuelle, dans les milieux scientifiques, le fascia est considéré comme un organe à part entière présent dans tout le corps.

Les pathologies du fascia

Les fascias ont la particularité d’être sensible aux stress qu’ils soient physiques (fractures, interventions chirurgicales, accidents,…), psychiques (attitude quotidienne par rapport à la vie et aux évènements) ou émotionnels (deuil, perte d’emploi,…). Le stress fige le fascia et amène crispations, adhérences, perte de globalité et d’élasticité d’où fixité du tissus avec perte de glissement. Il s’ensuit une perte de mobilité et de rythmicité avec une perturbation tonique. Et finalement une modification de la posture et du mouvement. Les personnes ressentent alors des tensions, des crispations et des douleurs.

Cela peut aller jusqu’à la perte de l’homéostasie (équilibre fondamental du vivant), des troubles fonctionnels et du mal-être.

Lorsqu’il y a immobilité du fascia, nous remarquons qu’il y a également insensibilité ou désertion sensorielle. Il s’agit d’une réaction physiologique au stress. Le corps en recevant un traumatisme se prépare à avoir moins de douleurs en diminuant sa sensibilité. Cela peut aller jusqu’à l’imperception c’est-à-dire une absence de perception consciente que la personne a de son corps. Elle n’est alors plus capable de ressentir les messages du corps. L’exemple le plus frappant est le burn-out.

 

Le but de la fasciathérapie

En stimulant manuellement les fascias, la fasciathérapie se donne pour but de rétablir leur équilibre et leur élasticité. Le but est, dès lors de redonner de la mobilité là où il n’y en a plus.

Par un mouvement de pousser-glisser, nous stimulons un mouvement d’autorégulation du corps qui relance la vitalité. Lorsque le mouvement réapparait, réapparait également la sensorialité et la perception.

 

Les tissus retrouvent leur mobilité, la personne recouvre ses fonctions et son état de bien-être dans une certaine fluidité.

 

A qui s'adresse la fasciathérapie ?

La fasciathérapie ne soigne pas une maladie précise mais un ensemble de pathologies psychosomatiques.

 

Cette approche est aussi une méthode douce pour mieux traverser les périodes de crises ou de changements (Stress, burnout, transitions, ruptures, chocs émotionnels, crise identitaire ou existentielle, pathologies somatiques). 

 

La fasciathérapie s’adresse aux personnes souffrant de douleurs physiques et offre également des techniques d’apprentissage corporel dans la gestion des situations de vie difficile.

  • Les pathologies musculaires et articulaires traumatiques ou de compensation : lumbagos, cervicalgies, sciatiques, entorses, épaules douloureuses, raideurs et douleurs articulaires, fibromyalgies

  • Les pathologies fonctionnelles : migraines et maux de tête, constipation et troubles digestifs, troubles gynécologiques, acouphènes

  • Les pathologies du nourrisson et de l’enfant : scolioses et torticolis congénital, trouble du sommeil, troubles alimentaires tels que la régurgitation ou la constipation, l’instabilité et l’anxiété, l’hyperactivité

  • Les pathologies de terrain : stress et burn-out, fatigue et troubles du sommeil, pathologies inflammatoires, dépression nerveuse, déséquilibres neurovégétatifs ou endocriniens

  • Accompagnement durant la grossesse et le post-partum (lombalgies, troubles circulatoire, constipation de la maman...

  • Soin de support de pathologies graves : cancer, handicap

 

CONTRE-INDICATIONS

 

Les pathologies psychiatriques telles que la schizophrénie, les gros troubles identitaires, les psychotiques. 

Qu'est-ce que la somato-psycho-pédagogie?

« Être bien dans sa tête pour être bien dans son corps

doit s’enrichir de l’idée qu’il faut aussi être

bien dans son corps pour être bien dans sa tête ».

Danis Bois

Aujourd’hui, le lien d’influence de l’esprit sur le corps n’est plus à démontrer scientifiquement et la presse s’en fait largement l’écho. Plus mal connue du grand public est la démonstration scientifique de l’influence des états du corps sur les états psychiques. La sensation de mal-être à la fois corporel et psychique touche un grand nombre de personnes qui ont le sentiment de ne pas être comprises dans leur plainte et ne trouvent pas une thérapie qui réponde à leur demande. La somato-psychopédagogie est une pratique qui s’intéresse tout particulièrement aux interactions entre le corps et le psychisme.

 

La somato-psychopédagogie, issue des travaux du Pr Danis Bois, docteur en sciences de l’éducation, est une méthode d’accompagnement de la personne en situation de mal-être physique et psychique à travers une médiation corporelle s’appuyant sur quatre instruments pratiques :

  • relation d’aide manuelle

  • relation au mouvement gestuel

  • introspective Sensorielle

  • expression verbale

 

Elle inclut les vécus du corps comme support d’apprentissage et de résolution des problématiques physiques et psychiques qui font obstacle au bien-être de la personne. La spécificité de cette approche est le déploiement des potentialités perceptives favorisant les prises de conscience de la personne accompagnée et la mise en action de nouvelles stratégies d’action face à une situation problème.

Le choix du terme somato-psychopédagogie (SPP) pour définir cette approche innovante se justifie par l’association de trois thématiques distinctes mais interactives :

- Le terme « somato » emporte l’idée d’une pratique ciblée sur le corps et rend compte du lien d’influence du corps sur l’esprit.

 

- La notion de « psycho » renvoie à la mobilisation des potentialités perceptives, et des ressources cognitives, mentales, intellectuelles et comportementales.

- Le terme « pédagogie » rend compte des dispositifs éducatifs et soignants visant à développer la conscience corporelle et la capacité de la personne à prendre sa vie en main et à prendre soin d’elle.

Pour quoi, pour qui utiliser la Somato-psycho-pédagogie?

–  Soigner le mal-être physique pour agir sur le mal-être psychique
– Soulager les différentes formes de somatisations en agissant simultanément sur le corps et le psychisme
– Déclencher des vécus positifs du corps pour renforcer la motivation, la force mentale et la résilience face aux situations problèmes.
– Mieux gérer le stress, les états d’anxiété, la fatigue, le Burn-out ou la douleur chronique
– Rétablir l’estime de soi (confiance en soi, amour de soi, image de soi)
– Développer la motivation au changement en incluant une démarche de quête de sens, existentielle et spirituelle.

Qu'est-ce que le coaching perceptif?

 

"Donner du corps et de l'amplitude à vos projets"

Le coaching perceptif est une démarche d'accompagnement qui s'appuie sur le corps, son mouvement et son intelligence, pour dynamiser les processus du vivant au sein des fonctionnements humains et organisationnels.

Elle vise à développer une démarche d’accompagnement des processus de changement personnel et professionnel s’appuyant sur un rapport renouvelé au corps et à sa perception.

Cette recherche rend compte de l’intérêt d’une prise en compte du corps dans l’accompagnement des personnes confrontées à une situation fragile et incertaine, telle que le chômage, ou un repositionnement professionnel dans sa posture.

Les résultats font en effet apparaître le rôle du corps comme moyen de renforcement des capacités d’être et d’agir des individus.

En développant un rapport plus conscient et assumé à leur intériorité corporelle, ces derniers gagnent en assurance, capacité d’action et adaptabilité.

Confrontés à une situation de rupture professionnelle, il s’agit alors de leur permettre de réinvestir leur parcours, mais surtout de se réinvestir à partir de leur corps, dans leur parcours.

 

Plutôt que de faire un projet, il est question "d’être en projet".

 

Ce qui importe est de leur permettre de se mettre en marche, en vitalité.

La notion de perception est centrale, dans la mesure où la plupart des propositions pratiques sont orientées vers une éducation perceptive du rapport à son corps.

C'est un accompagnement global, c’est-à-dire qui prenne en compte la vie professionnelle et personnelle de la personne, mais aussi qui permette, favorise, participe de la création d’un lien entre un ‘dedans de soi’, fait d’aspirations intérieurs, de désirs, de ressentis, et un ‘extérieur de soi’, qui se manifeste dans ses actions quotidiennes, et notamment dans le déploiement de son parcours professionnel.

La question du sentiment de soi rejoint aussi le rapport à sa singularité pouvant être déficient chez les personnes licenciées, qui se sont souvent beaucoup investies dans leur travail parfois au détriment de leurs propres aspirations et se retrouvent alors, sans travail et sans perspective d’avenir définie, en perte du sens d'elle même.

Pour qui ?

- Toute personne en quête de sens

- Dirigeants, élus, enseignants, soignants, travailleurs sociaux, coachs... pour qui la relation est au cœur de leur profession

- Artistes désireux de déployer leur présence et le rapport à leur corps

Pour quoi ?

- Être accompagné dans les grands moments de l’existence.

- Retrouver son corps en soulageant les tensions du quotidien, les douleurs chroniques, le stress, le surmenage, …

- Apprendre de nouveaux outils pour développer sa présence, son attention et sa créativité.

- Découvrir l’intelligence corporelle

- Prendre le temps de faire le point sur son parcours pour envisager l'avenir, renouveler ses stratégies d'action et enrichir ses repères dans son rapport à la décision

Comment ?

- Accompagnement par le mouvement (en pratique manuelle et gestuelle).

- Entretien verbal

- Intériorisation

- Travail d'écriture

 
 
 

Comment se déroule mon accompagnement ?

Il s'agit d'un accompagnement sur-mesure, en fonction de la demande particulière et des affinités de la personne en demande d'accompagnement.

La première séance comporte un bilan ainsi qu'une première approche manuelle afin de mieux cerner la demande spécifique de la personne. Cette séance permet d'utiliser les outils les plus appropriés dans l'accompagnement ainsi qu'à déterminer la fréquence ainsi que la durée de chaque séance.

Cette première séance exploratrice dure 1H15.

Pour être au plus près de la demande actualisée et du chemin de transformation de la personne, les séances suivantes oscilleront entre 1H (fasciathérapie manuelle) et 1H30 (accompagnement somato-psycho-pédagogique de fond/coaching). 

 

Les outils d'accompagnement

Le patient va être mis dans des conditions extra-quotidiennes, à savoir, le calme, la lenteur et la mobilisation active de son attention vers la perception. Au cours d’une séance peuvent s’alterner des moments de thérapie manuelle, de thérapie gestuelle et d’entretien verbal.

  • L’accompagnement verbal fait également partie du déroulement de la séance de fasciathérapie. Avant, pendant ou après la séance un temps de verbalisation de l’expérience vécue peut être proposé. Les rendez-vous commencent toujours par un échange sur votre état général avec une attention particulière aux ressentis du corps et leur évolution au fil des séances. Les séances, que ce soit sur table ou en mouvement, sont ensuite soutenues par mon accompagnement verbal, des mots vous aident à vous intérioriser, vous impliquer en vous même, suivre le déroulé de ce qui se dit et s’éveille dans votre corps. Chaque séance se termine ensuite par une mise en mots, de votre part, de ce qui s’est passé pendant la séance, afin de valider et valoriser, l’expérience faite dans et à travers votre corps mais aussi afin que vous appreniez à parler de vous et de votre vécu.

  • La thérapie manuelle : c’est par un toucher fait de pressions douces et d’étirements lents que le fasciathérapeute libère les tissus, les articulations, les nerfs et les vaisseaux. Grâce à cette mobilisation sensorielle des tissus, les problèmes articulaires et musculaires s’estompent ou disparaissent. L’approche manuelle comprend également des techniques de rééquilibration de la circulation des liquides corporels (approche que nous appelons pulsologie) qui offre un meilleur échange nutritionnel des tissus. Lors d’une séance, le fasciathérapeute peut demander à son patient de porter son attention sur le toucher, sur les effets et les sensations provoqués dans son corps par ce toucher. Cette attention particulière portée à son corps contribue à enrichir la relation à soi-même et à intégrer les effets du soin.

 

  • La thérapie gestuelle : la thérapie gestuelle est faite de mouvements lents. Le but n’est pas le renforcement musculaire mais la prise de conscience du respect de la cohérence articulaire. Les mouvements enseignés sont simples et peuvent être facilement reproduits entre les séances, ce qui accélère le processus thérapeutique et rend le patient actif et plus vite autonome.

 

  • L’introspection sensorielle ou méditation médicale pleine présence : il s’agit d’une méditation où l’attention est dirigée vers la perception du corps sans que la respiration soit volontairement dirigée. Cette introspection peut également être reproduite à la maison.

C’est véritablement l’ensemble de ces approches qui vont déclencher les processus de libération, d’amélioration, de soulagement voir de disparition de vos symptômes douloureux, de vos souffrances psychiques,  de votre mal être global…

 

Modalités pratiques

  • La première séance un bilan + approche manuelle de 1H15 afin de : 

- cibler la demande précise

- déterminer le nombre de séances et le type d'outil thérapeutique

 

TARIFS :

* SANS ordonnance : 75 euros / 1H15 min

* AVEC ordonnance : tarif séance kiné AMS 9.5 (20,43 euros) + 55 euros / 1H15 min

 

 

TARIFS :

SEANCE DE 1H :

* SANS ordonnance : 60 euros / 1H

* AVEC ordonnance : tarif séance kiné AMS 9.5 (20,43 euros) + 40 euros / 1H

_______________

TARIFS :

SEANCE DE 1H30 :

* SANS ordonnance : 90 euros / 1H30

* AVEC ordonnance : tarif séance kiné AMS 9.5 (20,43 euros) + 70 euros / 1H30

Certaines mutuelles prennent en charge une partie de ces actes hors nomenclature 

Toute séance manquée, annulée ou déplacée moins de 48h à l’avance est entièrement due

La fasciathérapie est pratiquée par les masseurs - kinésithérapeutes D.E.

Audrey BAUDEN
Carole MOUGIN
Masseur-Kinésithérapeute D.E.
Accompagnement en Fasciathérapie
Somato-Psycho-Pédagogie
Coaching perceptif de projets
 
 
 
Contact

Espace SYNERGIE

33 rue Salengro

59830 CYSOING

Où se garer :


- à 50m : parking place de la République
- à 150m : petit parking rue Fontenoy
- à 150m : parking de la salle des fêtes (accès voiture rue G.Delory)

ATTENTION, mettre un DISQUE BLEU DE STATIONNEMENT (limité à 1h30)